Petite Fleur coming to iTunes and Spotify soon!

English

Petite Fleur

A true musical citizen of the world, French born, NYC based vocalist Chloe Perrier has one goal every time she and her French Heart Jazz Band take the stage at clubs throughout Manhattan – to make people happy and transport them away from the chaos and stress of life in the modern world. Drawing from such influences as Josephine Baker, Ella Fitzgerald and Blossom Dearie, the singer uses her velvety voice, spellbinding style and charming accent to transform any room she plays into a realm harkening back to the golden age of jazz.

Holding court onstage these past three years at venues as Club Bonafide, Cornelia Street Café and the McKittrick Hotel, Chloe and her “dream team” of musicians dive deep into a repertoire of French “chansons” and American jazz standards from the jazz age, taking their audiences on a journey back in time for a soul transportive experience she playfully describes as “Gatsby in Paris.” The idea sparked in 2016, when the Consulate General of France invited her to put together a “Gatsby themed soirée” to celebrate the 90th anniversary of its residence on Fifth Avenue. Chloe eventually built an entire show around the concept.

Now, with her new album Petite Fleur, released and distributed worldwide by the independent label Jazzheads, Chloe brings her alluring Parisian charm beyond the Big Apple for the first time. The October 22nd drop of the album will be celebrated with a party and performance at The Cutting Room, and prior to that, the album’s lead single “Comes Love” and its music video — created by Chloe and Los Angeles based cinematographer Jesse Green — will premiere on September 13th. Simultaneously, Chloe and the French Heart Jazz Band will be performing at the Sunset-Sunside jazz club in Paris.

Before moving to New York from Paris six years ago to develop her career as a singer and actress, Chloe had already visited the city, working on an arts-related documentary. While she was gathering footage of the daily lives of New York based artists, she met guitarist Akira Ishiguro, who later introduced her to drummer Rodrigo Recabarren: the chemistry was immediate and she launched her first trio – which ultimately evolved into the French Heart Jazz band, when upright bassist Jim Robertson was added to the band.

Petite Fleur features soulful, lyrical and swinging performances by the original quartet, joined memorably for this project by special guests clarinetist Jon Hunt and – adding touches of magical retro-romance – violinist Caroline Bugala. The 12-track collection was produced by Chloe and recorded at the Samurai Hotel Recording Studio in Queens by Grammy-winning sound engineer Max Ross from System Two.

Drawn from favorites among the band’s ever-expanding repertoire, Petite Fleur includes two of French songwriter Charles Trenet’s greatest hits, “Menilmontant” and “Que reste-t-il de nos amours”; a tribute to American jazz vocalist Helen Merrill’s seductive and whimsical “Lorsque tu m’embrasses (Just Squeeze Me)”; George Shearing’s Ella Fitzgerald popularized sexy swinger “Lullaby of Birdland”; the sensual “J’ai deux amours” originally written for Josephine Baker in 1930; an unexpected high energy take on Edith Piaf’s classic “La Vie En Rose”; the briskly paced “Je voudrais en savoir d’avantage” made famous by 1930s bandleader Ray Ventura, which lends itself to Chloe’s quick, rhythmic phrasing; and of course, the “hidden” title track “Petite Fleur,” by the great Sidney Bechet, recorded by Chloe in honor of her grandfather’s favorite song.

The album’s tracks in English include a classic of the Django Reinhardt repertoire, the spirited call and response tune “Coquette”; “Guilty,” one of Al Bowlly’s signature songs, previously included in the soundtrack of popular French film Amélie; and the bolero-mambo classic “Sway,” given a touch of international class and sass via Chloe’s French accent.

“What I love about this period from the 1920s to the ‘40s is that the music is really happy, and it brings people great joy when I sing it,” says the singer. “This is an atmosphere I love to communicate to my audiences. Coeur de Francaise, my first album that I recorded in France before moving to New York, was more romantic and melancholic, based on songs from the 60s through the 90s. Petite Fleur is about love and its sound is decidedly more joyful and upbeat.”

“The times we live in are pretty dark,” she adds, “and I like the opportunity to take people away from their problems and help them stay positive, even if just for an hour. People tell me at the end of the show that they feel like they’re in Paris in the 30s. The challenge is to keep those who have seen the show multiple times engaged, so I am always YouTube hopping or buying old vinyls in search of unique jazz standards and French chansons from that era.”

After years of performing in France and releasing her successful first album, she decided “to follow her dream and dive into the wonderful world of NYC Jazz.” “Barely speaking English, I moved to the Big Apple with my artist visa and my microphone. During my time here, I’ve been able to meet and work with wonderful musicians from all around the world including my dream team, which I call my brothers from another mother. After playing all over the city that doesn’t sleep, I created a new band with them called the French Heart Jazz Band.”

Nowadays Chloe performs with these and other musicians in different formats, from duet to septet, in several locations and clubs both in Paris and in NYC — at the Zinc Bar, The Iridium, Feinstein’s/54 Below, Winter Cabaret festival, Summer Cabaret Festival, Vintage Train Swing Festival, Why Not jazz club, Cornelia Street Cafe, Club Bonafide,The Manderley and Gallow Green at The Mc Kittrick Hotel (Home of the famous show Sleep No More), The Top of the Standard, The Plaza, Lotte New York Palace, The Beekman Hotel, the Flatiron Room and Fine & Rare and more. The singer has also performed live on radio and TV shows like “Jazzbox” on Radio Aligre, “La bande Passante” on RFI, Bastille TV, and “Telematin” France 2.

“As a little girl growing up in France,” Chloe says, “I fell in love with music and I was listening to old records of Claude Nougaro, Serge Gainsbourg and the musical for kids ‘Emilie Jolie’ all the time. All these years later, it’s a wonderful pleasure to sing for people and provide a type of musical therapy for others the way my favorite music has always been an uplifting and healing force in my life. Club Bonafide where I have a residency and other clubs has been a wonderful ‘laboratory’ for me and my band to try out new material and develop arrangements and a repertoire that helps lift everybody’s mood. Together, we capture a vintage feeling with a modern twist – and were able to take that into the studio and, with Max Ross’ help, make some real magic!”

French

Petite Fleur

Véritable citoyenne musicale du monde, la chanteuse Chloé Perrier, née en France, s’est établie il y a six ans à New York, où elle mène le French Heart Jazz Band. A chaque fois qu’ils montent sur scène au fil des clubs de Manhattan, leur objectif est clair: rendre les gens heureux et les éloigner des effets chaotiques et stressants du monde moderne. S’appuyant sur des influences telles que Joséphine Baker, Ella Fitzgerald et Blossom Dearie, la chanteuse utilise sa voix veloutée, son style envoûtant et son accent charmant pour transformer n’importe quelle salle en speakeasy de l’âge d’or du jazz.

Sur les scènes du Club Bonafide, du Cornelia Street Café et du McKittrick Hotel, Chloé et sa «dream team» de musiciens livrent un répertoire de chansons françaises et de standards de jazz américain des années 20 aux années 40, emmenant leur auditoire dans un voyage à travers le temps lors d’une expérience magique qu’elle surnomme habilement “Gatsby in Paris”. L’idée a germé en 2016, lorsque le consulat général de France l’a invitée à participer à une soirée à thème «Gatsby» pour célébrer le 90e anniversaire de leur résidence sur la Cinquième Avenue… ce qui, de fil en aiguille, a mené à la création d’un spectacle entier autour de ce concept.

Avec son nouvel album Petite Fleur, publié et distribué internationalement par le label indépendant Jazzheads, Chloé amène pour la première fois ce nouveau projet au-delà de la Grosse Pomme. La sortie de l’album sera célébrée le 22 octobre par un concert au Cutting Room à New York, précédé, le 13 septembre par la sortie du single «Comes Love» et de son clip, réalisé par Chloé et Jesse Green, chef opérateur à Los Angeles. Ce même soir, Chloé et le French Heart Jazz Band se produiront au club de jazz Sunset-Sunside à Paris.

Avant de déménager de Paris à New York il y a six ans pour développer sa carrière de chanteuse et de comédienne, Chloé avait déjà visité la ville plusieurs fois, travaillant sur un documentaire pour lequel elle rassemblait des images de la vie quotidienne d’artistes new-yorkais. C’est ainsi qu’elle a fait la connaissance du guitariste Akira Ishiguro, qui l’a ensuite présentée au batteur Rodrigo Recabarren: leur complicité a été immédiate et elle a lancé son premier trio – qui par la suite est devenu le French Heart Jazz Band, quand le contrebassiste Jim Robertson a rejoint le groupe.

Petite Fleur offre des morceaux sentimentaux, lyriques et rythmiques interprétés par le quatuor originel, étoffé par la présence du clarinettiste Jon Hunt et de la violoniste Caroline Bugala. Cette collection de 12 titres a été produite par Chloé et enregistré au Samurai Hotel Recording Studio dans le Queens par l’ingénieur du son Max Ross, lauréat de deux Grammy Awards.

Choisis parmi les favoris d’un répertoire musical constamment en expansion, les morceaux de l’album comprennent deux des plus grands succès de Charles Trenet, «Ménilmontant» et «Que reste-t-il de nos amours»; un hommage à la chanteuse de jazz américaine Helen Merrill, «Lorsque tu m’embrasses (Just Squeeze Me)»; «Lullaby of Birdland» de George Shearing, popularisé par Ella Fitzgerald; le sensuel «J’ai deux amours» écrit à l’origine pour Joséphine Baker en 1930; une version très personnelle et inattendue de «La vie en rose», classique incontournable; «Je voudrais en savoir davantage» emprunté au répertoire de Ray Ventura, dont le rythme soutenu se prête à merveille au phrasé incisif de Chloé; et bien sûr, le titre «caché» «Petite Fleur» du grand Sidney Bechet, enregistré par Chloé en hommage à son grand-père, dont c’était la chanson préférée.

Les titres en anglais incluent un classique du répertoire de Django Reinhardt, «Coquette»; «Guilty», l’une des chansons emblématiques d’Al Bowlly, précédemment incluse dans la bande originale du film de Jean-Pierre Jeunet « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain »; et «Sway», un mambo saupoudré de french touch, grâce à l’accent reconnaissable de Chloé.

« Ce que j’aime dans cette période des années 20 aux années 40, c’est que la musique est vraiment gaie, et j’apporte du bonheur aux gens en la chantant », déclare la chanteuse. «C’est une atmosphère que j’aime communiquer à mon public. “Cœur de Française”, mon premier album, que j’ai enregistré en France avant de déménager à New York, était plus romantique et mélancolique, fondé sur des chansons des années 60 aux années 90. “Petite Fleur” parle d’amour et sonne décidément plus joyeux et plus optimiste.

«Nous vivons dans une époque assez sombre», ajoute-t-elle, «et j’aime pouvoir faire oublier aux gens leurs problèmes et les aider à garder une attitude positive, même si c’est juste pour une heure. A la fin des concerts, mes auditeurs me disent qu’ils ont l’impression d’être transportés à Paris dans les années 30. Le défi consiste à fidéliser ceux qui ont déjà vu le spectacle plusieurs fois. Je suis donc toujours à la recherche de standards de jazz uniques et de chansons françaises de cette époque pour étoffer mon répertoire… je passe mes heures sur YouTube ou j’achète de vieux vinyles au hasard.

Née en Savoie, Chloé a été initiée très tôt au monde des arts en prenant des cours de danse classique et de violon. À dix ans, elle s’installe à Paris où elle commence à chanter et à faire du théâtre. À treize ans, elle commence déjà à se produire de manière professionnelle. Bien des années plus tard, après un premier concert bien accueilli au Réservoir, à la suite d’un pari avec le célèbre acteur et humoriste Mouss Diouf, elle se lance complètement dans la musique et étudie le jazz vocal avec Sara Lazarus, ainsi que la composition et le piano avec Joe Makholm pendant trois ans à la Bill Evans Piano Academy à Paris. Pendant ce temps, Chloé commence à composer ses premières chansons. Au fil de ses études, Chloé a participé à de divers ateliers dirigés par d’éminents musiciens français et américains.

Après des années de concerts en France à la suite de la sortie de son premier album, elle a décidé de «suivre son rêve et de plonger dans le monde merveilleux du jazz à New York.” “Durant mon séjour ici, j’ai pu rencontrer et travailler avec de merveilleux musiciens du monde entier, y compris ma ”dream team”, qui sont comme mes frères. Après avoir joué ensemble un peu partout à New York, j’ai créé avec eux un nouveau groupe que j’ai appelé le French Heart Jazz Band.

Actuellement, Chloé joue avec ces musiciens et d’autres dans des formations différentes, du duo au septet, à Paris et à New York – au Zinc Bar, The Iridium, Feinstein’s / 54 Below, Winter Cabaret festival, Summer Cabaret Festival, Vintage Train Swing Festival, Cornelia Street Cafe, Club Bonafide, The Manderley et le Gallow Green au McKittrick Hotel (lieu du célèbre spectacle interactif Sleep No More), The Top of the Standard, The Plaza, le Lotte New York Palace, le Beekman Hotel, The Flatiron Room, Fine & Rare et plus encore. La chanteuse a également chanté en direct lors d’émissions de radio et de télévision telles que «Jazzbox» sur Radio Aligre, «La bande passante» sur RFI, Bastille TV et «Télématin» France 2.

«En tant que petite fille ayant grandi en France», dit Chloé, «je suis tombée amoureuse de la musique en écoutant les vieux disques de mes parents, notamment Claude Nougaro, Serge Gainsbourg et la comédie musicale pour enfants «Emilie Jolie». Et aujourd’hui, c’est un grand plaisir de chanter pour les gens et leur offrir une sorte de thérapie musicale, puisque la musique a toujours été une force édifiante et apaisante dans ma vie. Le Club Bonafide, où j’ai une résidence hebdomadaire, ainsi que d’autres lieux, m’ont servi de «laboratoire» musical pour essayer de nouveaux morceaux, de nouveaux arrangements et toujours ajouter au répertoire. On mêle une touche moderne à un esprit vintage, et on est allé capturer cette magie du live en studio pour vous le livrer dans notre nouvel album.”